Champs captant du Thil

Au-delà d’être l’un des plus vastes sites de captages d’eau de Bordeaux Métropole, le champ captant du Thil est aussi un site géré écologiquement qui favorise la restauration de la biodiversité.

Axe majeur du réseau de distribution de l’eau de Bordeaux Métropole, l’aqueduc du Taillan achemine gravitairement les eaux de la source située sur le territoire des communes de Saint-Médard-en-Jalles et du Taillan-Médoc, entre les moulins du Thil et de Bussaguet, vers la ville de Bordeaux.

Ce volume d’eau est complété par plusieurs autres apports répartis sur le tracé de l’ouvrage, jusqu’au réservoir Paulin à Bordeaux, point de stockage de l’eau avant sa distribution.

Un peu d’histoire…

C’est vers le milieu du 19ème siècle que le système de distribution d’eau potable de la ville de Bordeaux atteint ses limites. Au vu de l’augmentation démographique de la ville, le débit des sources devient insuffisant.

A cela s’ajoute la dégradation de la qualité des eaux de source et de puits de la ville. C’est en 1835 que Joseph Louis, Directeur de l’établissement hydraulique de la Font de l’Or, suggère de capter les eaux d’une source située au Taillan, entre les moulins du Thil et de Bussaguet.  Messieurs Mary et Devanne se chargent de mettre en place le projet en 1841.

Onze ans plus tard, Louis Napoléon déclare d’utilité publique « les travaux de conduite et de distribution d’eau votés par la ville de Bordeaux ». L’aqueduc du Taillan fut mis en service en 1857.  Cet ouvrage, en maçonnerie constituée de moellons de 12 km de longueur, avait à l’époque un débit moyen de 250 m³ par heure et alimentait 400 bornes-fontaines, cinq fontaines monumentales et cinq fontaines Wallace.

Aujourd’hui, l’aqueduc du Taillan fonctionne toujours et aboutit à un réservoir de 13 000 m³ de la rue Paulin au cœur de Bordeaux et peut véhiculer 44 500 m³ par jour.

La protection de la biodiversité et de la qualité du milieu récepteur

Depuis 2007, le site des sources du Thil, est l’un des 3 sites de captage gérés de manière écologique. Un partenariat a été initié avec Cistude Nature pour une gestion écologique des sites de Thil-Gamarde, Cap de Bos à Saint-Médard-en-Jalles et au Haillan et Bellefond à Castres sur Gironde. Il s’agit non seulement de protéger la ressource contre le risque de pollution et ainsi garantir la qualité de l’eau distribuée, mais aussi de connaître, protéger et restaurer la biodiversité sur ces périmètres.

Les inventaires écologiques menés dans le cadre du plan de gestion ont permis de confirmer la présence et la reproduction de plusieurs espèces rares et protégées comme la cistude d’Europe, le Damier de la Succise.

 Le service de l'eau potable de Bordeaux Métropole a connu durant les mois de juin et juillet 2011, une alerte au perchlorate sur les ressources du Thil et de Gamarde.

La découverte de cette substance par les autorités sanitaires a déclenché l’arrêt de l’exploitation des ressources concernées et la mise en place d’un plan d’actions concerté entre l’Agence Régionale de Santé, Bordeaux Métropole et SUEZ.

Conséquences de cette pollution : le système d’eau potable de Bordeaux Métropole, se voit privé de plus de 15% de ses ressources.

Des mesures alliant solutions techniques immédiates et important dispositif de Recherche & Développement sont déployées afin de retrouver dans les meilleurs délais cette ressource.Actuellement, le site est en cours de dépollution. Voir le film

Votre
avis